Côlon irritable : le côlon réagirait différemment face aux bactéries | Digestiondifficile.fr

Digestiondifficile.fr

Mon Compte

Côlon irritable : le côlon réagirait différemment face aux bactéries

Côlon irritable : le côlon réagirait différemment face aux bactéries

La barrière intestinale des patients atteints du trouble gastro-intestinal que l'on nomme syndrome du côlon irritable (SCI) aussi appelé syndrome de l'intestin irritable ou colopathie fonctionnelle, permet aux bactéries de passer plus librement que chez les personnes en bonne santé, selon une étude menée par les chercheurs de l'université de Linköping, en Suède. Publiée dans le magazine scientifique Gastroenterology, cette étude est la première à examiner le côlon irritable à l'aide de bactéries vivantes.

Le SCI est une perturbation fonctionnelle du côlon. Ce trouble génère des épisodes répétés de douleurs abdominales et engendre généralement de la constipation ou de la diarrhée. Près de 10% de la population souffre du SCI en Suède, un trouble qui a tendance à affecter plus les femmes que les hommes.

PUBTraitement Proibs Côlon Irritable


''Les patients souffrant du SCI sont généralement considérés comme un groupe étant plutôt diffus. Notre étude a démontrée que ces patients étaient clairement différents des personnes en bonne santé dans la manière dont la partie de l'intestin connu sous le nom de côlon (ou le gros intestin) réagit aux bactéries,'' a déclaré Åsa Keita, chercheuse au département de médecine clinique et expérimentale (IKE). Elle a mené cette étude en collaboration avec la spécialiste en maladies gastro-intestinales et également chercheuse au IKE : Susanna Walter.

On ignore encore au jour d'aujourd'hui les causes de ce trouble gastro-intestinal mais de plus en plus d'éléments tendent à montrer que des changements dans la manière qu'a le cerveau d'interagir avec la flore bactérienne dans le côlon joue un rôle. Le gros intestin est couvert d'une couche de mucus, constituant la première ligne de défense contre les bactéries dans l'intestin. Derrière cela se trouve une couche de cellules épithéliales connues sous le nom d'entérocyte, et derrière ces cellules on trouve le tissu contenant les cellules immunitaires. La présente étude s'est concentrée sur cette couche de cellules épithéliales, et a examiné la perméabilité de cette couche aux bactéries.

Les chercheurs ont étudié de petits échantillons de tissu prélevés sur 37 femmes atteintes du SCI, et les ont comparés aux échantillons provenant de femmes ne présentant pas de symptômes intestinaux. Ils ont analysés les membranes à l'aide d'une chambre individuelle à double compartiment désignée sous le nom de 'chambre de Ussing' dans laquelle il est possible de mesurer le transport de substances et de bactéries par les tissus vivants.

Une infection par la bactérie pathogène Salmonella typhimurium est un facteur de risque du développement du SCI, et cela a conduit les chercheurs à examiner comment cette souche de Salmonella interagissait avec la membrane intestinale. Ils ont également étudié une souche de E. coli (Escherichia coli HS), qui est généralement présente dans l'intestin. Chacune de ces 2 bactéries sont passées à travers la muqueuse intestinale de patientes souffrant du SCI près de deux fois plus rapidement que chez les sujets en bonne santé.

''Les patientes atteintes du SCI participant à notre étude ont eu un passage de bactéries plus important dans le système de modèle. Nous ne pouvons cependant pas transférer ce résultat directement dans la pratique clinique et des recherches complémentaires sont nécessaires. Toutefois, nous pouvons dire qu'il y a quelque chose qui rend la couche de mucus qui recouvre la muqueuse intestinale des patientes souffrant du SCI plus sensibles aux bactéries que chez les sujets en bonne santé,'' d'après Åsa Keita.

Les chercheurs ont aussi examiné les cellules mastocytes, un type de cellule immunitaire qui est un élément important du système de défense immunitaire inné, qui nous protège contre les micro-organismes. Ils ont découvert que les cellules mastocytes semblaient jouer un rôle significatif dans la régulation du passage des bactéries à travers la membrane intestinale, à la fois chez les sujets en bonne santé et chez ceux atteints du SCI. Ce mécanisme semble néanmoins être plus actif chez les sujets souffrants du syndrome du côlon irritable.

Référence :

1. Olga Bednarska, Susanna A. Walter, Maite Casado-Bedmar, Magnus Ström, Eloísa Salvo-Romero, Maria Vicario, Emeran A. Mayer, Åsa V Keita. VIP and Mast Cells Regulate Increased Passage of Colonic Bacteria in Patients With Irritable Bowel Syndrome.

PUBTraitement Proibs Côlon Irritable

Laisser un commentaire