Un lien entre les bactéries intestinales et nos émotions? | Digestiondifficile.fr

Digestiondifficile.fr

Mon Compte

Un lien entre les bactéries intestinales et nos émotions?

Un lien entre les bactéries intestinales et nos émotions?

Une nouvelle étude scientifique a permis aux chercheurs de l’université de Californie d’identifier une interaction entre les bactéries intestinales et les régions du cerveau associées à l’humeur et au comportement. Ce serait la première fois que des différences comportementales et neurobiologiques associées à une composition microbienne chez des humains en bonne santé seraient identifiées.

Les interactions entre le cerveau et le microbiote pourraient jouer un rôle important en ce qui concerne la santé et le comportement humain. Des études antérieures semblent indiquer que le microbiote, un groupe de micro-organismes vivant dans l'intestin, pourrait influencer le comportement et les émotions. Les effets du microbiote sur les émotions et les comportements sociaux, comme l’anxiété et la dépression, ont été démontrés lors de tests sur des rongeurs. Il existe néanmoins peut de preuves à l’heure actuelle de ces effets chez l’être humain. 

Les chercheurs, dans le cadre de cette étude, ont tenté d’identifier les caractéristiques cérébrales et comportementales chez des femmes en bonne santé regroupées par profils bactériens.

40 femmes ont fourni des échantillons fécaux afin d’établir un profil, et des images par résonance magnétique de leur cerveau ont été prises pendant qu’elles visionnaient des images d’individus, d’activités ou d’autres choses suscitant des réactions émotionnelles. Deux groupes ont été formés en fonction de la composition du microbiote de ces femmes : le 1er groupe (33 femmes) constitué de celles ayant davantage d’une bactérie appelée ‘‘Bacteroïdes’’ ; le 2ème groupe (7 femmes) ayant davantage de la bactérie ‘‘Prevotella’’. Le groupe Bacteroïdes a montré un volume de matière grise plus important dans le cortex frontal, région du cerveau impliquée dans le traitement complexe des informations. Des volumes hippocampiques (région du cerveau impliquée dans la mémoire) plus importants ont aussi été décelés dans ce 1er groupe. En revanche, le groupe Prevotella a montré plus de connections entre les régions émotionnelles, attentionnelles et sensorielles du cerveau et des volumes du cerveau moins importants dans plusieurs régions, comme celle de l’hippocampe. L’hippocampe des femmes de ce 2ème groupe a été moins actif pendant qu’elles regardaient des images négatives. Des niveaux plus élevés de sentiments négatifs comme de l’anxiété, de la détresse et de l’irritabilité ont aussi été relevés suite au visionnage d’images négatives en comparaison avec le groupe Bacteroïdes.

Ces résultats confortent l’idée selon laquelle il existe des interactions entre le cerveau et le microbiote intestinal. Les chercheurs ignorent encore si les bactéries intestinales influencent le développement du cerveau et son activité lorsqu’on visionne du contenu émotionnel désagréable, ou si les différences qui existent dans le cerveau influencent le type de bactérie qui se trouve dans l’intestin. Ces deux possibilités pourraient cependant mener à des changements importants sur notre manière de considérer les émotions humaines.

Dernières avancées scientifiques, conseils, alimentation, traitement… notre site est consacré exclusivement au syndrome du côlon irritable. Pour en savoir plus, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous :

PLUS D'INFOS

Laisser un commentaire