Une étude par IRM montre comment une réduction de l’apport en glucides | Digestiondifficile.fr

Digestiondifficile.fr

Mon Compte

Une étude par IRM montre comment une réduction de l’apport en glucides peut améliorer les symptômes comme la douleur et les ballonnements chez les patients atteints du syndrome du côlon irritable

Une étude par IRM montre comment une réduction de l’apport en glucides peut améliorer les symptômes comme la douleur et les ballonnements chez les patients atteints du syndrome du côlon irritable

Une nouvelle étude réalisée afin d’examiner les effets des glucides dans le régime alimentaire sur les symptômes des patients atteints du syndrome du côlon irritable (appelé également le syndrome de l’intestin irritable ou la colopathie fonctionnelle) et effectuée par IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) a permis de mettre en évidence que ces personnes étaient plus sensibles aux gaz dans leur intestin.

L’expérimentation a été effectué par le centre de recherche biomédical sur les maladies digestives de Nottingham (NIHR) et par des experts en imagerie de l’université de Nottingham. Les résultats de la recherche ont été publiés en ligne sur le site ‘‘ Gastroenterology ’’.

De nombreux patients qualifient certains aliments comme étant déclencheurs de leurs symptômes. Par exemple, le pain, les pâtes et les oignons contiennent tous des glucides qui ne sont pas facilement digérés. Ces glucides qui sont parfois regroupés sous l’acronyme FODMAP (Fermentescibles, Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides And/et Polyols), sont fermentés dans la partie inférieure de l’intestin, et relâchent par la même occasion des gaz. Jusqu’à présent, il n’a pas été possible d’examiner ce qui engendre les symptômes mais l’étude de Nottingham a utilisé des techniques d’imagerie de pointe afin d’observer la production de gaz.

Le test de la boisson aux glucides
Deux groupes ont été formés : le premier constitué de 29 adultes atteints du syndrome du côlon irritable et le second composé de 29 individus en bonne santé. À trois reprises distinctes, avec au moins 7 jours d’intervalle, chaque participant a reçu une boisson contenant 40g de glucide – du glucose dans le premier cas, du fructose dans le second et de l’inuline (un glucide non digestible d’origine végétale) dans le troisième – dans un ordre aléatoire.

Afin de mesurer les changements dans leur intestin, chaque participant a été scanné toutes les heures. On les a également questionnés afin de savoir si ils ont ressenti d’éventuels symptômes comme de la douleur ou des ballonnements. L’étude a révélé que plus de patients ont déclaré ressentir des symptômes significatifs après avoir consommé de la boisson à l’inuline qu’après avoir bu celle au glucose. Un lien entre la sévérité de leurs symptômes et la quantité maximale de gaz dans leur intestin a été observé. Cependant, les adultes en bonne santé ont eu autant de gaz dans leur intestin que les patients, sans pour autant en ressentir les symptômes.

Une sensibilité aux contractions
Le professeur Robin Spiller du NIHR, en charge de cette étude a déclaré : ‘‘ Nous pensons que nos résultats ont été très révélateurs. Plus de patients souffrant du syndrome du côlon irritable ont atteint notre seuil prédéfini (douleur et ballonnements) après avoir bu de l’inuline ou du fructose que de la boisson contenant du glucose. L’inuline produit des gaz dans l’intestin et, lorsque les patients ont ressenti des symptômes, une corrélation a été observée entre la sévérité de ces symptômes et la quantité de gaz produit. Les changements physiologiques induits par les boissons ont été similaires chez les individus atteints ou non du syndrome du côlon irritable. Ceci est cohérent avec le fait que certains patients souffrant de ce syndrome ont un côlon particulièrement sensible aux contractions. Ces patients pourraient tirer profit d’une modification de leur régime alimentaire ou d’une thérapie médicamenteuse. Ceux n’étant pas affectés par ce type de sensibilité peuvent ainsi être rassurés sur leur régime alimentaire. ’’

Cette étude par IRM démontre comment les glucides fermentescibles peuvent distendre le côlon. Elle procure également une base mécaniste à l’observation clinique qui consiste à dire que réduire la consommation de ce type de glucides peut atténuer les sensations de ballonnements et de gêne.

Les chercheurs disent que les personnes qui signalent des symptômes liés aux glucides fermentescibles peuvent potentiellement déterminer avec précision la cause de leurs problèmes. Les mêmes patients peuvent aussi avoir de l'hypersensibilité viscérale donc un double traitement avec d’une part, une modification de l’alimentation, et de l’autre, de la pharmacothérapie pourraient aider.

L’équipe de chercheurs souligne que cette étude ne prend pas en considération le rôle du microbiote des individus ou de l’éventualité d’un effet nocebo (effet indésirable) provenant de la nécessité de consommer une boisson aux glucides. Il se pourrait que certains microbiomes génèrent plus de gaz. Cependant, l’étude conclut également que la perspective de pouvoir lier les signatures microbiotiques à la sensibilité alimentaire s’avère être réellement prometteuse en termes de soins personnalisés des patients.


Nous proposons sur ce site une nouvelle solution dans la prise en charge du Syndrome du Côlon Irritable. Il s'agit d'un aliment diététique spécialement développé pour répondre aux besoins nutritionnels en cas de syndrome du côlon irritable. PROIBS® fonctionne grâce à un extrait de plante et son efficacité à réduire les symptômes liés au syndrome du côlon irritable tels que les douleurs abdominales, les maux de ventre, les ballonnements, la diarrhée et la constipation a été prouvée scientifiquement. 

PLUS D'INFOS

Laisser un commentaire